dimanche 23 décembre 2018

Sapin, maison, Noël :-)

Gilles a cette année encore fait un sapin en bambou. Encore une autre forme.
Si vous avez envie de voir ou de revoir les précédents, ils sont  là,   , et là 
(cliquez à chaque fois sur "là").
Cette année, c'était un peu plus compliqué. Notre couloir est grand et large mais depuis notre emménagement, un gros ficus et une bibliothèque ont réduit l'espace disponible. Pas de souci, ce n'est pas ça qui va arrêter mon mari! C'est lui qui en a fait aussi la déco et a posé quelques pères Noël sur la bibliothèque.
Avec le ficus en arrière plan, c'est plus compliqué de voir la forme du sapin
 de plus près
de dos, le soir,
J'ai décoré le rez de chaussée. Après m'être dit que cette année, je n'achèterais rien, j'ai craqué petit à petit pour faire cette déco douce sur la table dans notre entrée
J'ai accroché hier soir cette broderie au point compté. J'aimerais la mettre en valeur dans une couronne mais ce sera pour l'année prochaine. Hier, je me suis rendue compte qu'elle tenait pile poil dans ce cercle à broder. Certes, elle n'est pas centrée... Le modèle est de TournicOtOn.
Bien sûr, je l'ai fait à ma sauce. Je n'avais pas les fils recommandés. Poussée par mes copines du jeudi, j'ai expérimenté les nouveaux fils DMC "mouliné spécial étoilé", autrement dit "un peu brillants" pour les rennes et le rouge du Père Noël. Et je suis très contente du rendu. Ca ne se voit pas sur la photo!!!
Je n'avais plus envie de faire de point compté depuis des années. Je me suis laissée tenter en mars au salon de la broderie près de chez moi. Je ne pensais pas finir cette broderie pour ce Noël 2018. Un bon rhume bronchitique m'y a aidée. Pas besoin de réfléchir, juste se laisser guider, ça m'allait à la perfection à ce moment-là!
J'avais envie de faire quelques cartes textiles. J'en avais fait quelques unes l'année dernière. J'ai mis du temps à trouver le thème de cette année. Et puis, plus le temps venait, plus un mot me trottait dans la tête : maison, maison... C'est devenu une évidence en cette année qui nous a vus nous poser dans notre maison! Elles ont la taille d'une carte postale. Coupe libre et quilting libre. . J'ai d'abord fait le quilting libre sur ma machine à coudre classique puis je me suis lancée sur ma machine à quilter et je me suis amusée et ça m'a donné envie de persévérer dans le quilting libre. Elles n'ont pas toutes des tulipes mais elles ont toutes au moins un coeur!

Et puis, nous avons eu Noël avant l'heure. Les fenêtres du salon se sont habillées hier de nouveaux rideaux. Nous nous sommes fait plaisir!
Le tableau entre les rideaux va changer de place. Les rideaux sont une des étapes de l'aménagement du salon. L'année prochaine, les poutres seront peintes en clair et nous avons d'autres idées. C'est tellement bon de prendre soin de sa maison! Elle nous le rend bien!

Je vous souhaite un excellent Noël  et de bonnes fêtes de fin d'année.

Prenez bien soin de vous. A bientôt, sûrement l'année prochaine.

mercredi 12 décembre 2018

20 berlingots pour ses 20 ans

C'était il y a bientôt 15 ans, mon fils numéro 2 allait avoir 20 ans. Ca donne un peu le vertige!
Si je me souviens bien, plusieurs raisons m'ont guidée vers les berlingots. La première était les pères Noël berlingots. Mon fils avait fait plusieurs stages dans une école de cirque et jonglait. Les berlingots, c'est pratique pour jongler et plus facile à faire que des sphères!
Voilà tous les berlingots vus du dessus, regroupés par thèmes
Les quatre saisons, avec forcément une tulipe pour le printemps. Certaines faces de l'automne et de l'hiver sont en log cabin en triangle. Les triangles de l'été sont en deux morceaux, je devais sûrement avoir trop de tissus qui me plaisaient.
Je me souviens que j'avais posé toutes mes boites sur le sol de la chambre du dernier étage. J'ai eu un plaisir fou à fouiller, chercher les associations.
Le berlingot de droite a pour thème les oiseaux, celui du milieu les légumes. Celui de gauche, la Hollande. J'ai voulu qu'il y ait un peu la vie de mon fils dans ces berlingots. Notre fils avait 3 ans et demi quand nous sommes arrivés aux Pays-Bas. Mon mari a dessiné ce moulin dans un triangle. On aperçoit une autre face, rouge, blanc, bleu. Ca peut aussi être bleu, blanc, rouge, je suis d'accord!
Une autre face... si vous posez le berlingot hollandais sur la pointe, vous voyez une tulipe. Sur le berlingot des oiseaux, voici le seul tissu que j'ai acheté pour ce projet. Je n'avais que trois tissus avec des oiseaux. Je suis donc allée dans une boutique qui n'existe plus, The Border (les copines des Pays-Bas s'en souviendront) et j'ai trouvé ce tissu avec les oeufs.
Les tissus avec les légumes avaient été achetés chez Irma à Haarlem.
Ces deux berlingots sont bien particuliers, ils parlent de mon fils. Celui de gauche est pour le monde du cirque qu'il a adoré et qui lui a permis de mieux se connaître et de s'épanouir. Ici, c'est le clown. Les quatre faces de celui de droite reprennent le  quilt que je vous ai raconté dans mon article précédent. J'étais contente car j'avais encore des morceaux de pratiquement tous les tissus. A droite, le ciel et le soleil.
Le chapiteau du cirque et la maison du quilt
La piste de cirque et l'herbe du quilt
Les trois suivants symbolisent sa famille. A gauche, un satellite symbolise son père. Celui du milieu est fait avec les tissus utilisés pour une fantaisie pour son grand-frère. Celui de droite est fait avec les tissus utilisés pour la même fantaisie pour son petit frère (pas de photo...)
 Une machine à coudre pour la maman à gauche.
Les deux autres faces du berlingot parental reprennent nos A et G emmêlés que mon mari m'avait fait en émaux alors que nous n'étions pas encore mariés. Il est abîmé mais il trône toujours comme magnet sur notre frigo
Voilà réunis, les berlingots personnels que vous venez de découvrir.
Pour arriver à 20 comme 20 ans, j'ai fait ces derniers autour des couleurs
Et puis il y a celui-ci qui est bien particulier lui aussi. Il est fait de deux tissus que je n'utilise que pour des choses faites pour ce fils-là. Il me reste encore pas mal du tissu de gauche. Je l'ai utilisé aussi , je lui ai fait des papillons et je lui ai fait le mois dernier un porte-clés en feutrine sur lequel j'ai appliqué un peu du tissu . J' ai utilisé les deux pour faire des cubes fous...Encore un article à écrire
Je vous ai montré les 20 berlingots que j'avais confectionnés. J'avais fait un sac en tissu pour les ranger. J'avais ajouté deux berlingots tout blancs que mon fils pouvait décorer comme il le souhaitait. Il en a décoré un très simplement avec une forme sur chaque face, à chaque fois de couleur différente, ici une étoile verte.
Les voici avec le berlingot coloré et le dernier côté du berlingot du quilt qui reprenait la ligne jaune qui le structurait, le 8 de ces 8 ans, âge qu'il avait au moment du quilt.

Mon fils me les avais prêtés pour que je les prenne en photo et je les ai gardés un bon moment. Je les aime bien réunis dans ce vase
Dans sa chambre d'étudiant, mon fils jouait avec ses berlingots. 
" qu'est-ce que c'est? lui ont demandé ses copains"
" 20 berlingots faits par ma mère pour mes 20 ans"
" Mais ça sert à quoi?"
" A rien". Et quand il me racontait ça, je sentais bien son incompréhension face à cette question et sa satisfaction amusée. Et il ajoutait :
"N'empêche qu'ils aiment bien jouer avec!" Je pense qu'ils ont bien valsé dans tous les sens et c'est très bien comme ça!
Après son diplôme, il est parti travailler quelques mois à Montréal. Il avait emporté deux valises et il s'en est fait voler une dans le train. A son grand soulagement, les berlingots étaient dans l'autre, donc saufs. Quand il m'a raconté ça, j'ai été touchée qu'il ait emmené ses berlingots au moment où il partait loin.

Voilà l'histoire de 20 berlingots, ou plutôt de 22 berlingots!

A bientôt avec grand bonheur!
Prenez bien soin de vous!

lundi 3 décembre 2018

Il a 28 ans mais je l'aime toujours autant

En ce moment, je passe pas mal de temps à m'occuper de la maison et des améliorations que nous y faisons. Je m'occupe aussi un peu du Projet 70 273. Bref, mes projets personnels sont en pause. 
J'en profite donc pour vous parler de mes débuts en patchwork. Je vous avais parlé du premier quilt que j'avais fait en log cabin pour mon fils aîné.
J'en ai fait un autre pour ma mère puis j'ai eu envie de progresser. J'ai proposé à mon deuxième fils de lui faire un quilt et qu'il le dessine. Il avait à l'époque un lit Ikea, un peu en hauteur avec les montants verticaux blancs, et le coffre du lit bleu et rouge. Certaines doivent s'en souvenir! 
J'ai eu envie de me lancer dans une autre technique que le log cabin. J'avais dessiné sur une feuille à petits carreaux les proportions du quilt.. Le quilt serait donc en plateau, à peu près 1,90m x 90 cms. Mon fils savait que je ne voulais faire que des carrés et des triangles.
Il a fait ce dessin que je garde précieusement.
 Travail en équipe : son père l'a transformé en carrés et triangles, sauf le toit de la maison.
Nous sommes allés choisir les tissus chez Irma' Sampler à Haarlem. Quand je dis "nous", en fait c'est mon fils. Il a choisi tous les tissus et c'était impressionnant de voir ce garçon de 8 ans très déterminé dans ses choix. J'ai émis une réserve sur le tissus de fond mais il a bien affirmé son choix haut et fort. J'aime beaucoup le bleu foncé, toutes les couleurs unies qu'il a choisies. La vendeuse qui l'a aidé était adorable comme toute l'équipe d'Irma d'ailleurs.


Pendant qu'il choisissait les tissus, son petit frère a reçu un dessin à colorier. Un peu après un verre de jus de fruit, puis comme le choix des tissus prenait encore du temps, un gâteau. Et là, le petit frère de 5 ans de me dire "et tu crois qu'elles vont me donner un patchwork?" en articulant bien patch-work. Je l'entends encore, c'est trop mignon! Je lui ai bien sûr répondu que non et j'ai raconté aux vendeuses qui étaient attendries. Je crois que nous leur avons fait passer un bon après-midi.

Retour à la maison pour faire le quilt. Je ne sais plus si j'ai fait les carrés bicolores en méthode rapide ou pas. Je pense mais je n'en suis pas sûre.. Le voici, ce quilt que j'aime toujours autant. 

J'avais utilisé la seule méthode que je connaissais pour le terminer, c'est à dire, le top, le molleton, l'arrière cousus ensemble avec une ligne non cousue pour pouvoir le retourner et le terminer à la main. Je ne connaissais que les noeuds pour maintenir le quilt. Je ne les ai pas utilisés, je n'ai pas quilté non plus, je ne savais pas.
Régulièrement, je me dis que je vais démonter les trois épaisseurs, l'agrandir pour qu'il aille sur un lit d'une personne, le quilter... et je ne le fais pas car il va perdre son caractère, sa spécificité.
Si un jour, j'y touche, ce sera pour le quilter. En le regardant à nouveau, une autre idée vient. Je ne veux pas ajouter d'autre tissu ou un strict minimum. Le dos est de la même couleur que la bordure. Je pourrais donc ajouter une large bande sur les côtés et le bas pour qu'il puisse aller sur un lit. Et jouer avec le quilting et un fil multicolore ou dégradé pour casser un peu tout ce grand morceau vert... Un jour, peut-être!
Je trouve que je me suis plutôt bien débrouillée pour un premier quilt précis. Bien sûr, il y a quelques décalages. Les coutures sont soit ouvertes, soit rabattues et du côté le plus clair mais elles sont régulières et propres.
J'ai juste ajouté un détail à ma sauce, une fleur sur une fenêtre. Les fenêtres et la porte sont dans un tissu traditionnel néerlandais.

Il y a une suite à ce quilt, vous la découvrirez dans mon prochain article.

A bientôt avec bonheur.
Prenez bien soin de vous :-)

lundi 12 novembre 2018

Du Périgord à l'Alsace et retour à la maison.

Nous sommes revenus de nos vacances alsaciennes (excellentes à tout point de vue). Débute pour moi une période où je ne devrais pas bouger, ne pas faire des heures en voiture pendant au moins quatre mois. Ca ne m'est pas arrivé depuis 1995. Moi qui ai tant attendu ce moment, je suis un peu perturbée. J'ai du mal à me remettre au patch, je ne sais pas par où commencer. Je pense que je vais lister tous les projets à finir à la machine, ce que j'ai en route et que je peux faire à la main, broderie, papillons, quilting... Une bonne liste me fera du bien. 

Aujourd'hui, je vous montre  des expériences inédites que j'ai faites avec des amies.
Cet été, je me suis arrêtée une journée chez l'ArtisAnne en Périgord. Anne fait beaucoup de cyanotypes, elle expérimente sur papier, sur tissu et les embellit avec talent. Anne avait retrouvé une feuille de base préparée l'année dernière dont la couleur avait un peu changé. Nous avons fait une composition à deux, j'ai surtout regardé et ajouté un tout petit peu d'éléments. Anne a mis le tout entre deux vitres et hop, au soleil. Au bout d'un moment, nous avons bougé la vitre supérieure pour voir si ça prenait et les herbes ont bougé.
 C'est bon, ça nous plaît
 Rinçage dans la bassine, plusieurs fois...
Séchage du résultat final. J'aime ce bleu si particulier, les transparences, les blancs francs...
Ce procédé me fascine. Je n'ai pas encore compris comment le bleu devient blanc... Oui, ce sont les produits chimiques qui font ça mais j'aime bien ce mystère.
Oserais-je mettre ma patte en faisant par exemple un peu de broderie libre, pas sûr...

En Alsace, Michèle et Esther m'ont fait découvrir la teinture de tissus. Je m'étais jurée de ne jamais en faire. J'avais trop peur d'y prendre goût... Nous avons passé une belle journée à essayer, à être surprises, heureuses, déçues (pas trop). La teinture c'est surprenant, étonnant, addictif... Michèle avait commandé des couleurs pour teinture Easy Color Marabu.
Voici ce que j'ai rapporté. Difficile de rendre les vraies couleurs. 
La spirale violette est mon premier essai, plutôt réussi.  Je le broderais bien, l'embellirais...
J'ai voulu copier Michèle pour le jaune et brun. Le sien est plus vif. Je n'ai pas mis assez de brun.
 Celui du bas me tenterait bien pour le début d'un champ de coquelicots
les suivants sont plutôt à couper en morceaux





voici deux détails qui me plaisent


essais de pliage pour ces deux derniers.
Pour le moment, tous les tissus sont roulés et dorment...

Pendant mon séjour en Alsace, Michèle et moi avons passé le jeudi au Festival du point de croix et de la broderie à Kustzenhausen.  Je me suis offert mon cadeau de Noël chez Catherine Bihl. Comme je le déballerai à Noël, je ne peux pas vous le montrer!
J'ai craqué pour ce Saint-Nicolas en pain d'épices. Il a été fait par Marketa Macudova. 


Je rappelle qu'en cliquant sur les mots en couleur, vous allez sur le site que j'ai envie de vous montrer. Alors, allez sur celui de Marketa. Elle montre dans deux vidéos sa façon de travailler. C'est remarquable! Comment broder avec du sucre glace!  Un seul regret, m'être contentée d'un Saint-Nicolas. J'aurais bien fait une déco à base de ses étoiles, sapins, Pères Noël. Mais je l'ai découverte en fin de journée. Mon porte-monnaie s'était déjà bien vidé.
Le petit cochon en pâte d'amande est un clin d'oeil à ma mère. Quand elle était petite, sa mère lui en rapportait un quand elle allait en ville.  Quand j'en trouve, j'en achète deux, un pour elle, un pour moi.
Le dimanche, nous sommes retournées voir une petite galerie et le coup de coeur que j'avais eu jeudi s'est confirmé. Maintenant, Millie Lone m'accueille quand je rentre dans mon atelier.
Françoise Maillet, artiste peintre a découvert la laine feutrée il y a deux ou trois ans. Millie Lone était sortie de ses pinceaux mais elle était partie vivre ailleurs tellement vite, trop vite, qu'elle était très présente dans les pensées de Françoise. Quand elle a découvert la laine feutrée, elle a eu envie de lui redonner vie d'une autre façon. Cette petite fille me touche. 
Elle vit une troisième vie, textile cette fois-ci,  pour illustrer le livret du CD que l'ensemble vocal Filigrane sortira en décembre.

Notre boite aux lettres est un trou dans la porte. Le clapet précédent n'était pas étanche et j'avais fait un cache de fortune. Nous pensions que le suivant serait étanche, j'avais donc jeté l'ancien cache sans hésitation. Mais le clapet n'est pas étanche. Le froid ayant décidé de s'installer, il devenait indispensable de faire quelque chose!!! Bonne occasion de replonger un peu dans mes tissus. J'ai choisi de couper dans les bruns pour aller vers les tons de la porte en chêne. Les rideaux étant turquoise, j'ai ajouté un peu de bleu. Bandes cousues, ajouts, petits morceaux assemblés, quilting...
Quilting improvisé au fur et à mesure, sur la photo, le bas est en haut... mais la droite est bien à droite! Je n'ai pas fait en quilting libre mais ça m'a vite démangé. Comme j'en avais peu à faire, j'ai eu la flemme de changer de pied de ma MAC mais je me suis dit que j'étais vraiment mûre pour me lancer.
J'ai collé sur la porte une grande bande de Velcro et son pendant sur le tissu.
Je suis assez contente du résultat. Par contre, je voulais tellement que le cache isole bien que j'ai mis deux épaisseurs de molleton fin et deux épaisseurs d'une feutrine fine. Mais tout ça est finalement bien rigide, trop rigide.
Comme je suis juste "assez" contente, j'ai dans l'idée de faire une autre cache que je laisserais plus souple. Mon envie est de faire un log cabin rectangulaire. Donc les bandes horizontales fines et les verticales larges. Histoire à suivre...
Allez, je vous dis tout. La porte est mieux isolée qu'avant, double vitrage et petits panneaux en plus depuis l'hiver dernier. Mais si je fais deux petits quilts allant de sous les fenêtres à juste avant le sol, elle sera encore mieux isolée... Autre histoire à suivre...ou pas! Et voilà, ça tombe bien, je n'avais pas du tout de projets à finir! Ah bon, vous ne me croyez pas? Vous avez raison, je suis comme vous, je suis normale, j'ai des projets à finir... Ce qui n'empêche pas d'en commencer d'autres! Normale, je vous disais!

Prenez bien soin de vous :-)
A bientôt avec grand plaisir!

dimanche 14 octobre 2018

MA BELLE VIE, quilt de bilan positif

Fin mai, je vous avais montré l'exposition organisée par Michelle Braun 
et ses petites mains à Langensoultzbach. J'avais participé au concours sur le thème "dix". C'est drôle car mes deux amies Anne, Annebeads et ArtisAnne avaient assez bien deviné quel quilt j'avais exposé.
C'est celui-ci :
Maintenant, je vous montre toute son élaboration. J'ai eu très vite cette idée avec mes dix doigts. Et puis, je n'ai pas été plus emballée que ça, je n'avais pas trop envie de faire ce concours. Et puis, un échange téléphonique ou par courriel avec Michelle m'a décidée.
Le fond est en improvisation. J'ai choisi 10 tissus différents, du blanc au beige rosé, des unis, des faux unis, un texturé, avec des roses, avec des dessins géométriques, avec des broderies, avec des coeurs, bien sûr!!!
J'avais acheté en janvier à Rochester, avec le tissu des coeurs, un tissu aux dessins aborigènes. J'ai aimé ses couleurs et les ronds du tissu. Les derniers tissus ont été achetés chez Alice. D'autres sont dans mes tiroirs depuis très longtemps, attendant leur moment.
Je voulais vraiment que ce soit mes mains à moi sur ce quilt, je les ai donc photocopiées et découpées.
Depuis que des amies ont vu mon quilt, plusieurs m'ont demandé comment j'improvisais. Voici les différentes étapes. Plus j'avance dans le processus, moins je réfléchis. C'est ça que j'adore, quand je lâche le mental et que je laisse aller.
Je coupe d'abord des bandes au cutter, sans règle. Des bandes de différentes largeurs.
 Puis je les assemble 2 à 2, puis 4 à 4, et j'en ajoute...
 Je coupe
 j'intervertis
 je recoupe, de travers autrement ça n'est pas drôle
 j'assemble un peu, là j'avoue, je réfléchis quand même, mais pas trop!!!
 ça prend forme...
et je continue à coudre pour avoir un fond d'une taille qui me convienne bien. J'y suis presque! Le périmètre minimum était 2 mètres, j'y suis! Il fait à peu près 52 cms x 54 cms.
J'ai finalement ajouté une bande du haut en bas qui me plaît bien.
Pour les mains, je voulais un rond au milieu de mes mains. J'ai donné des massages pendant plusieurs années et les gens étaient toujours impressionnés par le chaleur intense de mes mains. J'ai enfin pu découvrir cette sensation quand je me suis offert un massage la veille de mon anniversaire. Ma masseuse avait les mains brûlantes, le bonheur!
Difficile de bien voir le contour du futur quilt. Il est très irrégulier. A ce stade, je pensais garder ce contour irrégulier mais je n'en étais pas sûre.
J'ai vite commencé le quilting. Il a toute son importance et est très symbolique. Ce quilt arrivait à un moment important de ma vie, à un bilan. 
Le plus simple est que vous lisiez le texte qui accompagnanit mon quilt : 

Avec mes mains, avec mes 10 doigts, j’ai bercé, soigné, frappé(hélas), cuisiné,
touché, caressé, massé, coupé des tissus, cousu et quilté... J’ai tenté de rendre
cette diversité dans les 10 tissus qui composent le fond. Le tissu aborigène
symbolise la chaleur de mes mains, en particulier quand je donnais des
massages.
Le quilting qui ondule de la gauche jusque sous mes mains représente mes
bases sur lesquelles je m’appuie, dans ma vie et dans mes quilts. Puis, ça fuse
entre mes doigts, ça jaillit, les joies, les tristesses, les idées... Les courbes à
droite sont plus souples, plus douces comme ce vers quoi j’essaie d’aller. La
partie non quiltée est le champ des possibilités, mon espace de découverte et
d’évolution, tant dans ma vie que dans mes quilts. Guidée par mon meilleur
allié, mon coeur.
Ce quilt me permet de faire une sorte de bilan l’année de mes 60 ans, en 10
lettres : BELLE, MA VIE !


Quelques photos du quilting en cours de création

J'ai utilisé deux fils, un fil Aurifil clair et un fil dégradé Gûterman Sulky que j'aime beaucoup.
Les mains sont appliquées-collées à bord cru et soulignées par deux rangs de ce fil dégradé
Bien sûr, j'ai laissé au quilt cette forme irrégulière, faite de courbes, de pointes, cette forme tellement vivante. Les finitions sont en parementure ou facing. Je ne voulais pas de biais qui aurait coupé cet élan des lignes de quilting.
 Les couleurs de cette photo sont celles qui se rapprochent le plus de la réalité.
 J'ai mis du temps à trouver le titre. Je voulais qu'il soit en dix lettres, pour aller au bout de ma réflexion, de tout ce que m'a apporté ce quilt. J'avais aussi choisi dix verbes dans le texte. Si on m'avait dit il y a seulement dix ans et même moins que ça, qu'un jour j'appellerais un quilt "BELLE, MA VIE" , je n'y aurais pas cru. La joie de vivre n'était pas ancrée en moi, c'est le moins que je puisse dire. J'ai un fond pessimiste et négatif contre lequel je lutte. Et je gagne tout doucement, je m'adoucis, je suis plus douce avec moi-même et les autres et de cette douceur et de cette acceptation de moi-même naît la joie. Je peux encore être raide et rude par moments, j'essaie de ne pas m'en vouloir, de le reconnaître, de l'accepter pour mieux lâcher cette rudesse, cette raideur. Car c'est tellement bon d'être heureuse de vivre, d'avoir la paix au coeur et à l'âme et le sourire aux lèvres.
Deux photos encore :
Quand je suis assise devant mon ordinateur comme maintenant, je vois ça : 
Et quand je suis assise devant ma machine à coudre, je vois ça :
Ces deux quilts aux mains se répondent merveilleusement.
L'histoire de ce quilt aux multiples mains est racontée là. C'est CE quilt qui m'a donné confiance en ma créativité. C'était en 2005.

En fin de semaine, je vais encore une fois remercier Michelle. Nous allons une dizaine de jours en vacances chez elle. Nous partons un jour plus tôt que prévu pour que je passe l'après-midi avec son groupe de quilteuses. Nous retrouverons Esther et Rita pendant un week-end où elles m'ont concocté un programme "tissu". Une visite d'une expo de point de croix est au programme. Un peu de tourisme, de la marche pour mon mari... et sûrement des tartes flambées. La vie est belle :-)

Prenez bien soin de vous :-)

A bientôt avec bonheur.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...