lundi 17 juin 2019

Sur la route de Rocroi, quelle aventure!


J'espère que l'article n'est pas écrit trop petit. Dans ce que je vois en l'écrivant, Il y a du changement par rapport au dernier article. Je ne sais pas si ça vient de mon ordinateur ou de blogger!
Je rappelle que vous pouvez cliquer sur les mots en couleur. Ils vous amèneront à des articles précédents ou vers d'autres sites. D'autre part, si vous cliquez sur les photos, vous les verrez en plus grand.

Le 1er décembre 2017 et le 4 mars 2018, je vous racontais les débuts du quilt des sapins. J'étais la reine des sapins grâce au quilting Bee d'Alice. J'avais fait le top assez vite.


Et puis lors d'une visite aux Abeilles à Colomiers, Katell m'a dit souhaiter que mon quilt soit dans le BeeBook! Je crois que le dos était bien avancé, presque terminé, presque prêt à faire l'objet d'un article... J'ai dû patienter...jusqu'à la sortie du BeeBook, ce que j'ai fait volontiers. Le plus difficile était de ne pas pouvoir dire à Alice qui avait organisé le quilting Bee que j'étais allée au bout du projet. Je vais pouvoir le faire maintenant que le livre est sorti le 15 juin.
Dans ce dos, j'ai intégré les sapins qui me restaient et des restes de tissus, souvent de grands restes!!! J'ai fait quelques bandes dans les tons chauds, avec des restes de tissus des troncs... C'est en faisant ces bandes que je me suis le plus amusée. Les débuts ont été moches et progressivement, je suis arrivée à une composition qui me plaisait. Jongler entre les contrastes, les bandes horizontales et verticales, les restes rectangulaires, les restes plutôt carrés. J'aime aussi la phase d'assemblage où il faut encore inventer car tout ne s'ajuste pas, bien sûr! Mon amie Réjane recevait régulièrement des photos (merci le téléphone!) et me donnait son avis. J'aime aussi ces échanges. Voilà le résultat final, en couleur et en noir et blanc pour vérifier les contrastes de valeur.



Katell m'a demandé de faire des photos du quilt avec les couleurs d'automne. Ca m'a secouée pour faire le quilting plus tôt que prévu. Je n'avais pas envie de quilter traditionnellement suivant les sapins du top. Et de toute façon, je n'avais pas une seule idée sympa. Donc, comme souvent, je me suis basée sur le dos.
J'ai fait des essais sur des feuilles pour transparents posées sur une photo du dos. Je ne souhaitais pas quilter de manière dense, le top l'étant déjà beaucoup.





Le troisième essai me plaisait bien, en tout cas, c'était une bonne piste : un triangle dans chaque rectangle de tissu. Quand le rectangle est trop large, plusieurs triangles. J'ai commencé par les plus simples et au fur et à mesure de mes inspirations, j'ai un peu innové. Comme toujours, l'ennui de la répétition est moteur chez moi. Ne faire que des triangles simples, c'est barbant!
Je vous montre comment j'ai bâti les trois épaisseurs. Sur un mur de mon atelier, j'ai un grand panneau recouvert de flanelle. J'y ai posé le dos. Je l'ai entouré de feuilles de journaux pour protéger de la colle le reste du panneau. J'ai aussi protégé mon parquet. J'ai encollé avec de la colle 505 en bombe, mis le molleton, encollé à nouveau et posé enfin le top.
C'est le meilleur moyen pour moi de ne pas avoir de plis.La verticalité et la pesanteur aident!

J'ai quilté avec ma mid-arm, la Sweet Sixteen, donc en quilting libre. Elle est très pratique pour un grand quilt. Faire des lignes droites n'est pas forcément le plus facile. Je n'ai pas utilisé de règle. Je préfère quelques "défauts". Ils rendent, pour moi, le quilt plus vivant. Et utiliser une règle casserait ma spontanéité, ma fluidité, donc ma créativité.
sur les photos suivantes, le quilting du dos est à gauche, et la photo de droite montre comment il apparaît sur le devant.





Mon mari a un très bon appareil photo. Nous avons commencé par prendre des photos dans notre cour.
Au premier plan, une glycine bonsai.



Nous sommes allés à Elan, sûr d'y trouver un bel écrin





Comment ne pas craquer sur ce reflet dans l'eau!

Ici, on voit bien le quilting. J'aime la forêt d'automne avec sa lumière et ses tapis de feuilles

Katell aurait aimé pouvoir mettre des photos artistiques dans le BeeBook mais elles prenaient trop de place. Le but étant de bien montrer les quilts, elle a dû abandonner cette idée. Il y en a néanmoins quelques unes, magnifiques.
J'ai mis du temps à trouver le titre de ce quilt. J'avais pensé à un moment évoquer la forêt jurassienne, un de mes fils ayant fait une partie de la transjurassienne alors que j'assemblais le devant.
Mais j'avais des souvenirs d'enfance très présents avec les sapins. Je me souviens très bien alors que j'avais moins de dix ans, avoir vu une forêt de jeunes sapins plantés depuis peu. Trente ans après, alors que nous venions des Pays-Bas et passions par cette même route, je regardais le paysage et j'ai réalisé tout à coup que les grands sapins le long de la route étaient ceux que j'avais vus quand j'étais petite. Je me souviens très bien de ce moment d'étonnement, d'émotion, de cette impression de saut dans le temps... Une quinzaine d'année après, j'ai eu un déchirement en découvrant les travaux de l'autoroute et les sapins presque tous décimés. Il en reste quelques uns. Ce sont mes sapins racines. Ils sont le lien entre ma vie d'enfant, mes 30 ans aux Pays-Bas et mon retour dans mes Ardennes natales. Ces sapins sont "Sur le route de Rocroi", le village de mon enfance.

Une dernière photo : Le quilt est accroché dans le couloir. Au moment de Noël, alors que je décorais la maison, j'ai épinglé sur le quilt quelques boules, breloques de Noël et petites guirlandes dorées métalliques. Décidément, les sapins de Noël sont inhabituels chez nous!

Je suis allée ce week-end à l'Assemblée Générale et à la Journée Nationale d'Amitié de France Patchwork à Vichy où les premiers BeeBook ont été distribués. J'y ai retrouvé Katell et plusieurs Abeilles. Je fais un coucou à celles qui m'ont dit suivre et apprécier mon blog, ça fait toujours chaud au coeur! J'ai revu Monique Lopez-Velasco, rencontrée en février et ai fait la connaissance de Nicole Dewitz (merci Nicole pour tous ces beaux échanges). Elles ont toutes les deux donné beaucoup de temps, d'énergie, toutes leurs connaissances pour aider Katell à faire un livre d'une grande qualité. Je suis heureuse d'avoir une toute petite part dans ce livre et j'en remercie Katell du fond du coeur.
Je suis aussi heureuse de faire partie de France Patchwork, d'être adhérente depuis plus de 25 ans et pour je l'espère encore au moins autant d'années. C'est une association vivante, avec une brochette de bénévoles passionnées qui se démènent pour faire vivre le patchwork traditionnel, le patchwork moderne, l'art textile en France et les représenter à l'étranger. Ce n'est pas toujours facile. La première façon de soutenir l'association est d'y adhérer, d'être abonnée à sa revue. Quelque soit le style qu'on aime, on trouve toujours quelque chose à apprendre, à découvrir. Voilà, c'était mon 1/4 d'heure militant ;-)
J'espère que vous avez savouré tous ces verts! En ce moment, je travaille à petite vitesse dans un univers bleu turquoise clair! Ca change!

Comme je ne pense pas publier pas avant mi juillet au plus tôt, j'en profite pour vous souhaiter un bel été.
Prenez bien soin de vous!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...