Accéder au contenu principal

Mon frère Bernard, 13.05.1954

Cet article est prêt deuis un moment mais j'attendais le déclic pour le publier. C'est la création de ce fabuleux projet, le projet 70273 qui me donne ce déclic.

Le Projet 70 273

 12742848_789849177826365_552970591777898728_n

 Entre les mois de janvier 1940 et août 1941, les nazis allemands tuèrent 70 273 personnes de tous âges déclarées physiquement, mentalement ou émotionnellement handicapées. Des docteurs évaluaient les dossiers médicaux et prenaient la décision de vie ou de mort de chacun. Trois docteurs étudiaient chaque dossier médical et quand deux de ces trois médecins marquaient une croix rouge sur la fiche, le patient était exécuté.
En février 2016, Jeanne Hewell-Chambers lança le Projet 70 273 (the 70,273 Project). Son but est de récolter 70 273 blocs de quilt du monde entier pour commémorer chacune de ces personnes assassinées d’une manière aussi rude et désinvolte, tout en souhaitant éveiller l’intérêt de la population d’aujourd’hui envers les personnes nécessitant des besoins particuliers.
 Si vous n'en avez pas encore entendu parler allez sur le site de La ruche des quilteuses pour avoir tous les détails. Et bien sûr, je vais participer à ce projet.


 Voici maintenant mon article :
 Ce quilt, j'ai envie de vous le montrer depuis longtemps. Mais l'article est difficile à écrire et difficile à lire. Difficile, je ne sais pas en fait, remuant sûrement. Vous pouvez juste regarder les photos et ne pas lire cette histoire. C'est une partie de mon histoire. C'est surtout l'histoire de Maman et de ce premier fils qu'elle a porté et qu'elle n'a pourtant jamais vu. 
Vous l'avez compris, son fils, son premier enfant est mort-né. C'était le 13 mai 1954. Du temps où la psychologie n'était pas au rendez-vous dans les maternités et le corps médical. Maman a été endormie pour son accouchement. Tout le monde savait que cet enfant était hydrocéphale ...sauf elle. Je pense qu'elle a été endormie pour qu'elle ne voie pas cet enfant qui n'allait sûrement pas vivre. Elle a accouché le soir. A son réveil, on lui a dit que son fils était en couveuse. C'est son mari, mon père qui lui a appris le lendemain que leur fils n'avait pas vécu.
Etant mort-né, il n'a pas été déclaré et ne figure pas sur le livret de famille. Pour Maman, ça a été une douleur terrible qui ne s'est pas apaisée au long des années. Maman n'a appris qu'une douzaine d'années après que son fils était hydrocéphale, grâce à la maladresse d'un cousin médecin. Il ne savait pas que Maman ne savait pas. Maman a eu un choc mais au moins elle avait toute l'histoire et a compris à postériori des réflections maladroites de Papa.
Mes parents ont eu ensuite deux enfants. Mon frère, quatorze mois après et moi, deux ans plus tard. Mon frère a été un enfant bien remuant, bien vivant et moi une petite fille sage et obéissante (avec quelques exceptions quand même :-)). In utéro aussi, mon frère remuait beaucoup et moi pas. Mon frère avait senti qu'il fallait rassurer Maman et moi qu'elle était fatiguée.
A chaque fois que nous parlions Maman et moi de ce premier enfant mort-né, je sentais sa douleur. Quand nous regardions des reportages sur la prise en charge des parents d'enfants mort-nés telle qu'elle est faite maintenant, Maman se réjouissait de cette évolution.
J'ai eu connaissance des projets de quilts offerts aux parents à la naissance de ces enfants et à la mort d'enfants prématurés. Les parents gardant le quilt ou enveloppant l'enfant de ce quilt. J'ai été incapable d'en faire, c'était trop en résonnance avec mon histoire.
Et puis, en 2010, alors que Maman avait 80 ans et que nous discutions encore une fois de ce drame, que je sentais sa détresse de ne pas savoir ce qu'était devenu son enfant, je lui ai proposé de faire un quilt où j'écrirais le prénom de son fils et la date de sa naissance et de sa mort. Et j'ai dit à Maman que le jour où elle mourrait, je mettrais ce quilt avec elle dans son cercueil. Vous ne pouvez pas imaginer le soulagement que j'ai vu sur le visage de Maman, dans tout son corps. Son fils allait avoir une existence, son prénom allait être écrit quelque part. Par sa fille, par sa soeur.
Maman n'avait pas de souhait particulier quant au quilt. "Je te fais confiance" m'a-t'elle dit. Puis elle a eu l'idée de chats en pensant au cadeau qu'elle venait de faire pour la naissance du fils de sa femme de ménage. J'ai donc cherché et c'est dans ma petite boutique à Lisse aux Pays-Bas que j'ai eu de l'aide. Jacqueline m'a donné un patron en paper-piecing. J'en ai arrondi les angles et voici le quilt que j'ai fait. Il fait à peu près 45 cms de côté.


Maman aime le mauve, le choix était évident. Je voulais un tissu gai pour Bernard. C'était le prénom choisi par mes parents. J'ai acheté ce tissu à Montréal. Je l'ai utilisé à deux autres reprises depuis. J'ai positionné volontairement le soleil au niveau du visage.
J'ai quilté un coeur dans chaque angle. Une amie m'a dit que les volutes lui faisaient penser au cordon ombilical.




J'ai quilté en écho trois lignes pour symboliser ces neuf mois où ils étaient trois. Ca me permettait de symboliser aussi le papa.
J'ai cousu trois boutons, ce sont les trois enfants que mes parents ont eu. Car cette histoire est aussi notre histoire, à mon frère et à moi.



Son titre est "La paix au coeur" puisque c'est ce que ce que ce quilt a apporté à Maman. A l'époque, j'écrivais mon prénom et l'initiale de mon nom marital. Là, j'ai ajouté l'initiale de mon nom de jeune fille.

Je suis profondément heureuse que le patchwork m'ait permis de faire ce cadeau à Maman. Faire ce quilt a été émotionnellment très fort, lourd par moments. Je travaillais sur la mort. Celle de mon frère bien sûr, celle de Maman aussi puisque ce quilt l'accompagnera dans son cercueil. 
Quand je vais voir Maman, je regarde souvent ce quilt que j'aime énormément. Il est dans sa chambre, en face de son lit.  

A bientôt :-) 

Commentaires

  1. Oh la, que d'émotions, trop d'émotions qui me font couler des larmes.
    Ce projet 70273 n'en finit pas de faire ouvrir les cœurs, de donner l'occasion de raconter ce qui n'arrive pas à sortir d'habitude.
    Tu sais Annie, nous sommes connectées... Merci pour ton récit.
    Que dire de plus, sinon que ton quilt est merveilleux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais qu'un jour, la parution de cet article serait une évidence. La lecture des commentaires me remplit encore d'émotions... Merci de tes mots et de ta formidable énergie que tu apportes au travers de tout ce que tu soutiens dans le monde du patchwork.

      Supprimer
  2. A la lecture de votre article, je suis bouleversée.
    Vous avez eu l'idée et le courage de créer ce patchwork, il est tout en douceur, le résultat est apaisant.
    Vous êtes vraiment douée !
    Vic

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :-) Ce que j'aime c'est qu'un jour, faire un quilt pour Maman était une évidence! Et j'aime ces moments où ça sort de moi tout seul :-)

      Supprimer
  3. Comme Katell j'ai été bouleversée et j'ai pleuré. Magnifique hommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la puissance du monde des tissus! Nous sommes chanceuses de vivre dans ce monde-là :-)

      Supprimer
  4. Oh quel beau témoignage ..j'ai du aussi m'interrompre tant les larmes coulaient ..quelle belle preuve d'amour aussi pour ta maman .. Je vais jardiner car trop d'émotions et je penserai à Bernard et à ce patch d'amour fraternel et filial ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison Aline d'aller chercher de l'apaisement dans le travail de la terre. la nature est quelquefois rude mais sait aussi nous offrir de belles ressources!

      Supprimer
  5. La gorge serrée, belle histoire.... Kristine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous aussi êtes douée pour faire passer des choses dans vos quilts :-)

      Supprimer
  6. C'est une belle histoire que tu as écrit là, un de ces récits qui font que presque toutes les familles ont vécu un drame et vécu avec le reste de leur vie; tu as mis en images ce vécu et c'et un moyen d'expression, donc un moyen thérapeutique. C'est magnifique!! J'ai rencontré il y a peu (à Collioure) une femme étonnante, maman d'un enfant hydrocéphale qui pourra continuer de vivre; cette difficulté a chamboulé la vie de sa maman et de son papa partis pour se séparer un jour, et que l'enfant a "recollé" par sa volonté de vivre MALGRE tout...Tout est superbe: bravo Annie! Bisous aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, dans beaucoup de familles il y a des histoires douloureuses souvent tues. Et qui impactent toute la famille. Le monde du tissu, de la création est effectivement un vrai outil thérapeutique. Pour moi, en tout cas, c'est sûr :-))) L'histoire que tu racontes est très touchante et positive. ca fait du bien! Bisous

      Supprimer
  7. C'est une histoire très émouvante que tu nous racontes ici, et cela montre quelle personne sensible et généreuse tu es. De plus ce quilt est très joli, et c'est un bien merveilleux cadeau que tu puisses faire à ta maman, tu peux être fière de toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marino. Tes mots me touchent profond, profond :-))

      Supprimer
  8. Quelle belle symbolique ces deux chats enlacés, enserrés, encastrés... je ne sais pas...
    Quel beau geste et quelle belle réussite avec ces tissus si gais!
    L'émotion, je n'en parle même pas; ma fille aînée est hydrocéphale, mais, née 30 ans après Bernard, elle est vivante. Ses premières années ne sont que de très mauvais souvenirs! Nous pouvons nous estimer heureux aujourd'hui d'avoir connu les progrès de la neurochirurgie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voualis absolument des tissus gais, surtout pour l'enfant! L'émotion, je l'ai en lisant votre histoire et celle de votre fille. Bises douces pour vous, votre époux et elle..

      Supprimer
  9. Annie Hemmerlin30 août 2016 à 18:50

    Ton histoire est bouleversante, et tu as su trouver une manière de rendre hommage à ce frère et fils. Ton ouvrage est doux et gai! que de symboles réunis pour un apaisement enfin arrivé dans votre famille. Toute ma tendresse est pour vous, félicitations!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Annie :-)Que ma mère soit apaisée est vraiment important. Que de femmes vivent avec cette souffrance de l'enfant mort,non reconnu ou reconnu mais dont elles n'osent pas parler. La tendresse, je prends :-) Toujours :-)

      Supprimer
  10. Beaucoup d’émotions dans cette création ! ta maman doit être vraiment apaisée. C'est très beau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :-) Oui, elle l'a déjà énormément été quand je lui ai proposé ce projet et encore un peu plus quand je lui ai offert.

      Supprimer
  11. Comme beaucoup de celles et ceux qui ont lu ou liront ton histoire j'ai pleuré. Ton quilt est plein de douceur et de gaité. Merci pour ce témoignage.
    Claudine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Peut-être mon témoignage ouvrira des possibilités, des envies de paroles dans certaines familles qui souffrent ou ont souffert de situation similaire, approchante...

      Supprimer
  12. Réponses
    1. Merci, mon doudou et merci de m'avoir aidé à comprendre comment blogspot fonctionne, enfin, nous espérons avoir compris :-) Bisous

      Supprimer
  13. Larmes qui coulent et gorge serrée,.....j'ai du mal à écrire.
    Quilt absolument magnifique d'émotionS, de symboles, de douceur, d'amour... de couleurs.
    Chez nous aussi, il y aurait une petite soeur entre moi, aînée, et ma soeur..., erreur d'une sage-femme. Maman ne s'en est pas remise. Merci pour cet article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dany pour tes mots qui me touchent. La douleur des mamans et des papas, on les oublie souvent car ils ne savent pas trop exprimer leur douleur, cette douleur reste. J'espère que les parents à qui ça arrive maintenant sont plus aidés. Dans le cas d'un enfant mort-né, sûrement. Dans le cas du décès d'un nouveau-né ou d'un jeune enfant, pas sûr.

      Supprimer
  14. Depuis 6 ans, le début de septembre est une période difficile pour une amie: son fils s'est suicidé. Cette année a été particulièrement dure et je me sentais fort démunie face à sa peine. C'est dans ces circonstances que j'ai vu le patchwork chats et il s'est immédiatement imposé à mon esprit. J'ai réalisé un petit tableau avec 2 chats au clair de lune et je le lui ai envoyé. Il a été fort apprécié mais j'espère que, comme pour moi, il lui a apporté un peu de paix au coeur. Catherine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est des messages qui font encore plus chaud au coeur que d'autres. Et le tien-vôtre en est bien sûr! Je suis très heureuse d'avoir été une aide, un déclencheur, bref de faire partie de ce monde où le patchwork,les tissus adoucissent une vie parfois rude. Merci de votre message :-)

      Supprimer
  15. Histoire émouvante, Je ne l'avais pas lu. Le quilt est très beau, et plein de symbolisme. Merci d'avoir ouvert ton coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ana Maria,la prochaine fois, je t'écris en français :-) Merci pour ce que tu m'écris. Ce quilt est important pour ma mère et moi!

      Supprimer
  16. C'est tellement beau ce que tu as fait et formidable de pouvoir apaiser un peu cette peine. Un merveilleux cadeau que tu lui as offert, bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :-) Eh oui, c'est le pouvoir du patchwork. Moi-même, je suis étonnée de cette puissance!

      Supprimer
  17. Ps de mots, des larmes, jusqu'ou mène le patch ?
    Si un mot MERCI d'avoir partagé.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le patch peut permettre d'adoucir des douleurs, de partager des bonheurs... Merci du MERCI :-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

quel plaisir de vous lire!

Posts les plus consultés de ce blog

des kawandis pour se faire du bien et autres jeux de tissus

Je vous ai régulièrement parlé de Sujata Shah . Fin février, j'ai pris avec elle un cours en visio sur les kawandis. Elle propose ce cours très régulièrement et il remporte un franc succès. Les kawandis sont des quilts faits par des femmes Siddi. Les Siddi sont des Indiens descendants des premiers africains venus en Inde. Soit des migrants, soit des esclaves amenés par les Portugais pendant le 16ème siècle. Des traditions ont été transmises de génération en génération, évoluant au cours du temps. Les kawandis portent cette histoire. Je vous donne trois liens. Un en français de Sophia Pequinot, doctorante en anthropologie sociale tournée vers les Siddi. Elle a publié un article sur le site de l'EHESS . Un autre lien en anglais sur le site du Textile Research Center de Leiden aux Pays-Bas. Vous pouvez découvrir des Siddi quilts en allant sur le site de Henry John Drewal . Et sur Instagram là ou là . A la suite du cours de Sujata, j'ai fait ce kawandi. Tout est cousu à la ma

"Dancing with the wall" de Irene Roderik, épisode 1, le top et le dos

 "Dancing with the Wall" est le nom d'un stage en visio que propose Irene Roderik.  J'avais repéré ce stage sur le site de Gotham Quilt (j'y avais acheté un patron de quilt) et je m'étais inscrite à leur newsletter pour être avertie des prochains stages. J'ai eu la chance de pouvoir suivre le stage en août. Irene a un style bien à elle que j'aime beaucoup (à découvrir sur Instagram) . Pour info, deux prochains stages sont prévus en mars et avril. Irene est généreuse, drôle et même si je n'ai pas tout compris, j'ai compris suffisamment pour avancer. Nous devions jouer avec deux tissus. Le stage était au milieu de cet été si pluvieux et mon moral était en berne. J'ai choisi deux jaunes, histoire d'apporter de la lumière dans mon atelier et dans ma tête!! C'est un stage d'improvisation. Une des particularités est de commencer par un bloc, puis d'y accoler un autre, puis un autre avec interdiction de déplacer le bloc une fois q

QAL 2022, épisode 3, blocs piécés et appliqués cousus

Il m'a fallu pratiquement deux semaines pour oser me lancer pour faire les blocs appliqués. J'y ai beaucoup réfléchi et je n'avais pas vraiment d'idée évidente. Jeudi après-midi, je me suis lancée. J'avais choisi une gamme de tissus, toujours ceux d'Alison Glass. Depuis le début, je sais que je veux appliquer des formes géométriques, carré, triangle, losange, rond... Je coupe des formes dans chaque couleur sans trop réfléchir, spontanément. Une couleur après l'autre, en positionnant sur les différents blocs. Je vous avais montré dans l'épisode 1, le fond choisi pour les blocs appliqué s. Je joue avec les motifs de certains tissus. Je coupe trop de formes pour avoir du choix. J'arrive à un ensemble qui me convient. Equilibre entre les formes, les couleurs, le nombre de pièces par bloc. Les formes sont simplement collées pour le moment. Je pense les broder-quilter, c'est à dire coudre autour au moment où je quilterai. J'envoie la photo à Réjane

Quilts solidaires pour les personnes sinistrées des vallées des Alpes-Maritimes

J'ai préparé cet article la semaine dernière. Depuis, les intempéries ont fait des dégâts dramatiques dans des pays proches de chez nous. Je pense à nos ami(e)s belges et allemands où il y a des morts et des disparus. Un de nos fils habite Liège, heureusement dans une zone sans problème. La ville de Charleville-Mézières est jumelée avec la ville d'Euskirchen en Allemagne qui a beaucoup souffert. Certaines villes et villages des Ardennes  ont été impactés par les inondations. Aux Pays-bas aussi. Bien sûr, tout cela résonne en moi. Je pense à toutes ces personnes disparues ou sinistrées, à tout ceux qui ont beaucoup ou tout à reconstruire. Cet article vous paraîtra peut-être un peu futile à côté de ces drames mais il est le témoin de la solidarité des quilteuses. Après les inondations désastreuses d'octobre dernier dans les vallées des Alpes-Maritimes, France Patchwork avait proposé de faire des quilts  pour les personnes sinistrées. Début novembre, grâce à la généros