dimanche 26 avril 2020

Pourquoi une poule turquoise?

Cette semaine, la couleur du challenge France Patchwork est le turquoise.
Aucune idée ne me vient spontanément. Au bout de deux jours, je sors tous mes tissus turquoise. Aucune inspiration...
Et puis, en voyant le bloc d'Annie Hervé sur FB qu'elle a baptisé "à quand la fin du coronavirus?" je reconnais des tissus que j'ai utilisés abondamment et l'inspiration vient très vite. J'ai encore quelques restes de toutes tailles. J'ai même gardé de très petits restes comme Maryline Collioud-Robert le recommande. Je dois dire que je ne l'écoute pas toujours ;-)
J'utilise quelques bandes pour faire le fond (à droite sur la photo) et je décide de jouer avec les toutes fines dans la petite boite.
Ce sont des restes de la collection Flow de Zen Chic. J'étais tombée amoureuse de sa dominante son turquoise clair. J'avais démarré un nine patch déstructuré en juin 2016 alors que nous étions en vacances à Enchastrayes au dessus de Barcelonnette. J'avais emmené ma machine à coudre et j'avais coupé mes tissus et cousu face à la montagne. Nous devions y retourner cette année juste après la Journée d'amitié nationale de France Patchwork à Gap. Ce sera pour plus tard....
Un de mes souvenirs est ce moment où j'avais étalé mes premiers carrés et où les poules avaient accouru pour voir.
Il y a quelques semaines, j'avais été conquise par la cocotte de Pâques du terrier de Marmotte.
J'aime le motif de la cocotte en papier. Une copine de patch des Pays-Bas avait fait il y a très longtemps un magnifique charm quilt avec des cocottes. Françoise, si tu me lis, tu te reconnaîtras et j'en profite pour te faire une grosse bise.
Voilà, j'avais mon idée, ce sera une cocotte turquoise. faite avec mes tout petits restes longs.
J'ai choisi turquoise et vert pour l'avant, turquoise et rose pour l'arrière. Pour la tête, j'ai commencé à utiliser un seul tissu mais ça n'allait pas et comme j'ai un peu de petits restes de gris, je les ai utilisés. Je dois dire que j'en ai coupés car je n'en avais pas assez. Faire des restes, il faut le faire quand même!!! 
J'ai posé ces petites bandes sur du Vliesofix. J'ai eu un peu peur au moment de décoller le papier mais ça a été.
 J'aurais adoré laisser comme ça mais les tissus ne seraient pas restés en place.
 Comme le fait Maryline Collioud-Robert, j'ai mis un film de tissu extrêmement fin acheté là.
 Et j'ai cousu en piqué libre
Voici les 6 premiers tableaux
Et maintenant, je vais vous montrer d'où viennent tous ces restes.
J'avais donc fait un grand carré. Cet article n'est pas de la publicité pour Maryline Collioud-Robert mais je dois dire que son patron pour le nine patch déstructuré est remarquable.
L'année dernière, j'ai décidé de faire un grand quilt pour une de nos chambres. J'ai d'abord utilisé le jelly roll pour faire le tour du quilt sauf les coins. Le jelly roll est formé de bandes de 6,5cms x 110 cms. Tous les tissus de la collection y sont, certains en double. J'ai recoupé toutes les bandes en largeur. Je les ai assemblées, je crois que souvenir que ça faisait une bandes de 45 mètres. Je l'ai coupé en deux, assemblé les deux bandes ainsi faites. Je ne sais plus trop comment j'ai fait car quand je regarde ce que j'ai fait, il y a une nombre impair de bandes.
Ca me plaisait comme ça. Mon mur étant trop petit et le quilt allant être très grand, j'ai migré au grenier où nous avons une très grande pièce que mon mari avait nettoyée et peinte. Je pouvais poser mon quilt sans problème.
Ce coté a été facile à terminer. J'ai ajouté une grande bande turquoise tout autour. De chaque côté, la bande était interrompue par un assemblage de bandes, restes des bandes du jelly roll.
La suite a été plus longue mais très excitante. J'ai dû racheter du tissu. Je ne l'ai pas forcément utilisé ou alors je l'ai utilisé mais finalement j'avais fait le verso bien plus grand que le recto. C'est mon côté incorrigible. J'ai toujours peur qu'il n'y en ait pas assez!
J'ai fait beaucoup d'allers-retours entre le grenier et mon atelier au rez-de-chaussée.
J'avais un charm pack. C'est le même principe que le jelly roll mais il est composé de carrés de 12 cms de côté. Vous pouvez voir que j'ai joué avec ces carrés en les intercalant ensuite avec de grands carrés. Ensuite, j'ai joué avec les bandes vertes, quelques bandes grises pour donner une dynamique au quilt. Et puis tous les petits restes que j'ai utilisés au maximum. C'était passionnant.
 Comme ce quilt est très grand, il était hors de question que je le quilte moi-même. Lors d'un séjour aux Pays-Bas, je l'ai confié à Leslie, ma quilteuse favorite. Nous avons très vite trouvé le motif. Des feuilles de ginko. C'est un quilting "all over" c'est à dire que le motif est le même sur tout le quilt.
 Grâce à deux amies , j'ai pu le récupérer à temps pour poser le biais et il était tout juste prêt pour accueillir nos premiers artistes pour le festival des théâtres de marionnettes.

Je l'aime énormément. C'est dommage, les couleurs ne vont pas du tout dans notre chambre!!!

Voilà comment le challenge France Patchwork me permet de vous montrer ce quilt fini depuis septembre dernier. C'était il y a 8 mois, une éternité!!! Et pas si longtemps que ça finalement!

Du tissu et des poules, quelle histoire!!!

Prenez bien soin de vous... et de vos poules si vous en avez !

A bientôt!  

lundi 20 avril 2020

Quand Isabelle aime le violet

Isabelle et moi nous connaissons depuis 36 ans. Je l'ai connue en tant que kinésithérapeute, puis elle est devenue ma prof de yoga. Elle a fait beaucoup de kiné respiratoire à un de mes fils. Tout cela a créé un lien. Nous nous en sommes rendues compte quand je suis partie vivre aux Pays-Bas. Notre amitié est savoureuse, délicieuse. Nous sommes toutes les deux des soignantes, des maternantes, des espiègles aussi. Nous sommes précieuses l'une pour l'autre. Nous avons clairement des liens invisibles qui nous relient.

Quand j'ai été dans ma période pochette à soutien gorge, je lui en avait offert une. Elle avait choisi les tissus lors d'un séjour chez nous.
Il y a deux ans, j'avais décidé de faire des coeurs avec les restes du quilt de Max. J'ai pris quelques photos et emportée par mon élan, j'ai fait deux coeurs sans photographier plus d'étapes. J'ai offert un des coeurs à Isabelle alors que je passais quelques jours avec elle.

Mi février, Isabelle a appris qu'elle avait un cancer. Il n'y a pas de gentil cancer, jamais. Il y en a de très méchants. Isabelle a un de ceux-là. Elle a tout de suite constitué un groupe WhatsApp qu'elle a appelé "mes dames de coeur". Elle a choisi comme icône du groupe le coeur que je lui avais offert.
Comme je lui écrivais que j'étais très touchée de son choix, elle m'a répondu "mais c'est ma mascotte, je le laisse dans mon sac quand je vais à l'hôpital". "alors, je suis encore plus touchée" lui ai-je répondu.
Je lui ai proposé de lui en faire un autre dans ses couleurs préférées : "Ah oui, dans les parme, mauve, bleu." Une de ses dames de coeurs aurait aimé lui faire un sac pour les jours où elle irait à l'hôpital. Après avoir dit que je n'étais pas douée pour les sacs, je me suis lancée à la façon des pochettes que j'avais déjà faites en m'inspirant du BeeBook. Vite, vite car j'allais voir Isabelle trois jours plus tard. J'avais raison, je ne suis pas trop douée, il est trop haut et pas assez large!
J'ai pas mal de tissus mauves et violets mais les mélanger et ajouter du bleu n'a pas été facile. J'ai ajouté le violet pour tonifier. J'ai d'abord fait des bandes, les ai assemblées et ai ajouté une bande mauve et une bande violette.
 L'extérieur du sac avant assemblage.
L'intérieur du sac. Après avoir pris cette photo, j'ai ajouté à chaque extrémité une bande de bandes assemblées parce que je trouvais que quand je rabattrais le haut du sac, le bord ne serait pas beau avec ce tissu. Je me dis maintenant que ça aurait pu être pas mal. Je n'avais pas trop de temps pour réfléchir, il fallait faire vite. Pas de photo de cette étape.
 Le sac est vraiment très haut et pas large!

  





















Avec le rebord

Et bien sûr, j'ai fait un coeur. Un côté un peu tonique, un côté plus doux.

J'ai eu la chance de pouvoir les lui apporter avant le confinement. J'ai aussi passé une soirée avec Maxime. Je savoure le souvenir et les sensations accumulées lors de cette journée. Quand l'éloignement et le fait de ne pas savoir quand je les reverrai sont un peu douloureux, je choisis de me remémorer ces belles sensations et d'aller de l'avant.

Le groupe des dames de coeur est très actif pour soutenir Isabelle dans la gravité ou la légèreté suivant les nouvelles et les traitements qu'elle reçoit. Il y a parfois de grands délires grâce aux vidéos qui circulent avec le confinement, ou des moments de tendresse.

Et puis le challenge France Patchwork a annoncé violet comme couleur de la semaine. Je savais que je ferais forcément des coeurs. Après un essai que je ne vous montrerai pas (jouer avec les restes n'est pas forcément une réussite!), j'ai choisi une autre option. Des coeurs les uns sur les autres. Je n'ai pas réfléchi au nombre de couleurs et j'ai fait comme je le sentais, comme j'aimais. Le résultat est que chacune des dames de coeur a un coeur et qu'Isabelle a aussi son coeur avec ce coeur mauve et cet arc en ciel aux couleurs des deux coeurs que je lui ai offerts. Connaissant ma sensibilité, mon intuition, mes antennes, nos liens, appelez ça comme vous voulez, je ne suis pas étonnée! Juste très heureuse de ce que le jeu avec les tissus parle pour moi sans mots.

Unanimité du côté d'Isabelle et des dames de coeur. 💜💜💜💜💜💜. Ca m'a fait chaud au 💜.

Prenez bien soin de vous et de ceux que vous aimez.

A bientôt.

samedi 18 avril 2020

bleu, rouge pour le challenge France Patchwork

Deux semaines de challenge France Patchwork, toujours avec l'idée d'un tableau textile simple de 18 cms x 18 cms.
La couleur bleue a été proposée le premier avril, mon choix était tout trouvé. De quoi jouer avec différents tissus. Des carreaux, des lignes en angle, un bleu pâle avec l'oeil déjà dessiné acheté à Obernai il y a environ 15 ans, et ce bleu turquoise avec cette boucle jaune qui appelait un poisson rond. Un cinquième poisson en tissu ne me convenait pas. J'ai donc appliqué-collé les quatre, cousu en piqué libre autour dans un fil bleu et c'est là où j'ai eu l'idée de ce poisson brodé. Les yeux brodés en bleu sur les poissons ne se voyaient pas. J'ai décidé de tout rebroder en noir et là, c'était bien.

La couleur proposée ensuite était le rouge. J'ai tout de suite su que je voulais faire des coquelicots à la façon Bernadette Mayr. Prise par la confection de masques pour ma famille et la ville de Charleville, je n'avais pas l'esprit disponible. Plus quelques nouvelles difficiles, un coup de mou de deux jours, les coquelicots ont pris leur temps pour fleurir.
J'ai utilisé en fond un tissu teint avec Michèle et Esther. Quand j'avais vu le résultat, j'avais déjà pensé aux coquelicots.
Pour les coquelicots, j'ai coupé un carré d'environ dix centimètres dans quatre couleurs différentes superposées. Puis, j'ai coupé des courbes de différentes tailles dans 3 angles. Et j'ai joué avec les différents morceaux.
J'ai ensuite posé les tissus sur une feuille de papier en inversant la disposition, posé du Vliesofix et chauffé avec le fer à repasser.
                                      
J'ai découpé les fleurs et les ai collées sur mon fond. J'ai volontairement laissé parfois un petit espace entre les pétales et certains pétales sont un peu superposés. J'ai souligné avec du fil noir, ajouté les tiges vertes, là aussi soulignées et maintenues avec un fil noir. J'avais laissé les tiges trop longues et elles dépassaient en bas mais ce n'était pas beau, j'ai préféré les couper. Le bord du carré est souligné en fil vert tendre.

                                
J'aime beaucoup faire ces petits tableaux textiles. 

J'espère qu'ils vous plaisent aussi et vous apportent un peu de plaisir. Si votre moral est un peu fragile, j'espère que cette nature en tissu vous fera du bien. 

Prenez soin de vous avec tendresse et bienveillance pour vous-même.

A bientôt.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...